Rebecca Plantatouva – 11 août 2016

Le groupe Vers L’écolieu m’intéresse car…

Le groupe Vers l’Ecolieu m’intéresse car j’ai 21 ans, et lorsque je pense à ce que je veux faire de ma vie – i.e.: comme métier, je pense surtout au mode de vie que j’aimerais avoir:
– j’aimerais être entourée de gens que j’aime
– tout en contribuant à leur bien-être au quotidien
– vivre en symbiose avec l’environnement: ne pas le polluer, préserver les formes de vie existantes, entrer en communion avec celle-ci et les respecter toutes quelles qu’elles soient
Ceci ne correspond pas à un métier en particulier, mais à une multitude qui me semblent pour l’instant tout aussi attrayants les uns que les autres: journalisme d’investigation, acupunctrice ou praticienne d’une autre médecine douce, musicienne, amoureuse de la nature à plein temps.
Je constate par ailleurs que le marché du travail constitue un univers de plus en plus instable où tout change de plus en plus vite. Mes parents ont chacun eu deux carrières, avec une reconversion entre les deux. Mon opinion est que ma génération vivra peut-être deux, voir trois reconversions professionnelles au lieu d’une seule. Sachant cela, j’ai aussi réfléchi au mode de vie que je ne voudrais surtout pas avoir:
– vivre isolée dans un appartement en ville; dépendant d’un salaire pour payer le loyer chaque mois
– être dépendante, par exemple, des transports en commun, du téléphone et de skype pour communiquer avec et être disponible pour les gens qui me sont les plus chers au quotidien
– être dépendante d’un système global, d’un marché mondialisé, d’instance de gouvernances transnationales où je n’ai que peu de marge de choix, celle-ci entièrement définie par mes ressources financières.
J’aspire donc à l’autosuffisance au maximum mais pas pour autant à l’autarcie. Je ne veux pas vivre loin des autres ni loin de mon temps que je pense plein de potentiel de changement. Vers l’Ecolieu, qui propose la création d’une communauté de gens aimants vivant avec un moindre impact écologique, me semble être un juste milieu entre tout ce à quoi j’aspire. A l’occasion d’un cohabitation organisée par ses fondateurs, j’ai effectivement rencontré des gens tout autant ouverts d’esprits que sincèrement intéressés par un mode de vie alternatif à notre système actuel de capitalisme consumériste (dans les grandes lignes). Le fait d’apprendre à se connaître et de fonder la réussite du projet sur une bonne entente des membres construite naturellement/sans forcer et dans la bonne ambiance me semble par ailleurs vraiment pertinent; dans la mesure où bon nombre de communautés semblent effectivement se déliter faute de “paix sociale” et de plaisir des membres à vivre en communauté.
Ce que j’imagine personnellement pour cette communauté est encore un peu flou, car comme dirait la chanson de Jason Mraz “Prettiest Friend”: “the best to unfold is yet to be told” :)) Mes seules “exigences” seraient à la limite une recherche de l’autosuffisance par la mise en culture d’un jardin potager, la minimisation des déchets par l’upcycling et le compostage et l’ouverture d’esprit pour laisser place à la créativité/ pour que la communauté puisse évoluer et donc pérenniser au-delà d’une simple génération :))
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s